L'église Saint Christophe

Description : 

Entièrement construite en briques, l'église se compose d'une nef que précède une clocher-porche et qu'accostent deux chapelles et une abside semi-circulaire. La faça de laisse voir le tracé d'un ancien pignon aigu (démoli en 1864). Le clocher est encagé dans le mur occidental creusé d'une porte en cintre brisé à double rang de claveaux de briques rayonnants et extradossés, elle est encadrée par deux contreforts à talus creusés chacun d'une niche dans leur épaisseur.
La chapelle Nord, ancienne chapelle des seigneurs du Fay, est éclairée par une grande baie flamboyante. Cette dernière chapelle, moderne, s'ouvre directement sur le cimetière par une porte dont le linteau est gravé de la date : 1820, encadrant une croix fleuronnée. Cet encadrement ne peut être qu'un réemploi provenant peut-être de la sacristie qui, avant l'agrandissement occupait l'angle nord-est du chevet.

Histoire: 

Dans ses parties les plus anciennes (nef et clocher), l'église actuelle peut remonter à la période gothique; de façon plus précise, c'est peu avant le 20 juillet 1525 que fut construite, par Charles Bouton, la Chapelle des seigneurs du Fay (Nord de la nef), qui avait son entrée directe sur le cimetière.

Au lendemain de la révolution, l'église et le presbytère communal avait besoin de réfections. Le 3 prairial de l'an XI, la Commune présentait une demande en imosition extraordinaire de 1560 francs. En 1834, une adjucation de travaux comportait la réfection des abat-son du clocher, du plancher de la sacristie, du pavage du sanctuaire et de la chapelle de la Vierge, de la toiture du porche. Ces travaux furent financés par un secours de l'état d'un montant de 850 francs.

Le 6 juillet 1863, l'évêque d'Autun, Monseigneur Marguerye approuve l'agrandissement de l'église. Il s'articulait en 2 points : 
- la réparation urgente du couvert, reprise des arceaux du choeur et de la petite chapelle, réfection des vitraux
- addition d'une grande chapelle et d'un choeur, dans le prolongement du choeur existant.

L'église n'a cessé, depuis lors, d'être régulièrement entretenue.